ERDF et le SIGERLy répondent aux interrogations des communes sur le déploiement de LINKY

bandeau_actu30mars2016_linky

Le déploiement du compteur LINKY inquiète usagers, associations et élus à l’échelle nationale comme l’a souligné l’AMF dans son courrier adressé au premier ministre. Conscient de la difficulté rencontrée par les maires pour répondre aux différentes craintes, le SIGERLy a organisé une conférence en collaboration avec ERDF. Retour sur ces échanges…

Avant de laisser la parole à Patrick Rakotondranahy, directeur territorial d’ERDF Lyon Métropole, le président Pierre Abadie a souhaité rappeler que « le SIGERLy a été très investi dans ce projet, puisqu’il a été territoire d’expérimentation avec plus de 110 000 LINKY installés dès 2010  » et «  acteur impliqué au sein de nombreux groupes de travail et de suivi de ce programme« . Il a également souligné que « cet appareil dégage beaucoup moins d’ondes que le téléphone portable que nous avons tous dans notre poche ou que nos ordinateurs connectés en WIFI à notre domicile« .

« Le déploiement LINKY a été décidé par l’Etat » au travers notamment de plusieurs lois successives intégrées dans le code de l’énergie et qui mettent elles-mêmes en application une directive européenne. L’expérimentation a été très encadrée par la CRE (commission de régulation de l’énergie) avec un cahier des charges très précis à respecter.

Après avoir fait un point sur le déploiement et exposé succinctement les services que pourra rendre le compteur LINKY (suivi en quasi-temps réel des consommations d’électricité, opérations de gestion à distance), M. Rakotondranahy a répondu aux principales craintes évoquées par les usagers et les différentes associations :

  • La technologie CPL représente-t-elle un danger pour la santé publique ?

« Le CPL est une technologie filaire utilisée dans le monde depuis 50 ans par des millions de personnes » explique M. Rakotondranahy. Sur une journée, LINKY ne communique que pendant 0,1%, c’est à dire que les 99, 9% du temps restant, il fonctionne comme le compteur actuel ou tout autre appareil électrique de la maison. Le volume d’information communiqué équivaut à l’envoi d’un SMS.

De plus, l’ensemble du dispositif respecte toutes les normes sanitaires définies au niveau national et européen et des mesures régulières d’émission du compteur sont réalisées par un laboratoire indépendant, le laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE).
Concernant les niveaux d’émission, le Président a complété que le SIGERLy avait fait faire des mesures en 2012 par le CRIIREM qui ont confirmé le respect des normes en vigueur.

  • Comment sont protégées les données personnelles transmises par le compteur ?

Les données de consommation sont cryptées par ERDF. Assurer la confidentialité et la sécurité des données clients est un enjeu primordial. ERDF respecte les mesures prises par le législateur sur le conseil de la commission nationale informatique et Liberté (CNIL).

A noter, au sein du comité de suivi de l’expérimentation LINKY, la confidentialité des données a été une des priorités du SIGERLy et des autres participants.

  • La pose de ces compteurs représente-t-elle un risque d’incendie ?

Les incidents observés ne sont pas liés au compteur lui-même mais à la qualité de sa mise en œuvre. Tout changement de compteur peut potentiellement initier un départ de feu par suite d’un défaut de serrage des câbles. Néanmoins, toutes les générations de compteurs ERDF ont été conçues à partir de matériaux intégrant des retardateurs de flammes.

… et aux interrogations des communes :

  • Un abonné peut-il refuser la pose d’un compteur LINKY ?

Tout abonné peut refuser la pose du compteur. Cette opération ne sera pas imposée aux personnes récalcitrantes. Par contre, il faut savoir que cela pourrait impliquer d’une part à terme une surfacturation pour les prestations de relevés manuels des compteurs et d’autre part des soucis lorsqu’il faudra remplacer le compteur en panne alors que le concessionnaire aura abandonné la fabrication des anciennes générations de compteur.

  • Une commune peut-elle délibérer contre l’installation de LINKY ?

Pour le dernier point de cette conférence, le président Pierre Abadie a souhaité intervenir. Les communes ne sont pas fondées juridiquement à s’opposer au déploiement du compteur. D’une part elles ont transféré leurs compétences au SIGERLy, d’autre part, l’organisation de la distribution d’électricité relève de décisions de l’Etat mises en œuvre par le gestionnaire de réseaux ERDF.
Même si les maires sont chargés de veiller à la sécurité et à la salubrité publiques, ils ne peuvent, dans l’état actuel des retours sur les risques potentiels du compteur, invoquer, au titre de ce principe ou de leur pouvoir de police générale, le principe de précaution.

Animé d’une volonté de promouvoir les technologies innovantes apportant une amélioration du service public, le SIGERLy reste à l’écoute des interrogations des usagers et des communes et entend assumer pleinement son rôle de contrôle en s’assurant que le déploiement de LINKY s’effectue dans les conditions prévues et ne fait pas courir à la population de risque sanitaire avéré.
Plus largement, le SIGERLy et les autres syndicats d’énergies d’Auvergne Rhône alpes n’hésiteront pas à poursuivre les échanges sur leurs pratiques et  à alimenter leurs réflexions autour du déploiement de ce compteur « intelligent ».