Interview de Thomas

Rencontre avec Thomas, technicien au sein du service éclairage public et dissimulation coordonnée des réseaux, en charge du secteur sud, mais aussi référent de l’événement « La nuit est belle » au SIGERLy.

 

Peux-tu nous retracer ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Après ma licence pro Conduite d’affaires et de projets industriels, j’ai travaillé chez Citeos, en tant que technicien d’affaires éclairage public. Et parmi mes clients, se trouvait… le SIGERLy ! C’est en 2006 que j’ai rejoint le Syndicat, où je suis devenu l’un des quatre techniciens de secteur. En collaboration avec deux surveillants de travaux, j’accompagnais 22 communes sur leurs problématiques d’éclairage public et de dissimulation des réseaux. Aujourd’hui, l’organisation est différente, car il y a sept techniciens, mais qui travaillent pour la plupart de façon autonome. Ce qui signifie que nous suivons moins de communes, mais que l’on peut intervenir sur des projets à l’envergure et aux montants très variés.
Au cours de mes 16 ans d’expérience au SIGERLy, j’ai passé plusieurs concours de la fonction publique territoriale, ce qui m’a permis d’atteindre le grade de technicien principal première classe, le plus haut niveau de la catégorie.

 

Comment ton métier a-t-il évolué depuis ton arrivée au SIGERLy ?

L’éclairage public a connu beaucoup d’évolutions depuis ma prise de poste, ce qui a forcément impacté mon travail : interdiction des lampes à vapeur de mercure (les fameux ballons fluos) en 2015, arrêté de 2018 sur la pollution lumineuse, recherche d’un éclairage « juste »…

Ces dernières années, l’enjeu a bien sûr été de renouveler le parc de points lumineux, en remplaçant les luminaires énergivores par de l’éclairage LED. Une mission encore en cours, qui rythme mon quotidien.

 

Après 16 ans d’ancienneté, qu’est-ce qui te stimules le plus dans ton travail ?

J’ai tout d’abord la chance de bénéficier d’une réelle autonomie et de beaucoup de confiance, ce qui est forcément très agréable.

Par ailleurs, j’apprécie que ma fonction soit très diversifiée. Au niveau du « profil » des communes que j’accompagne : urbaines ou un peu plus rurales, de bords politiques différents, animées par des visions distinctes… Mais aussi au niveau de mes projets, très hétéroclites également. Certains d’entre eux  sortent du lot, comme la mise en lumière de l’aqueduc de Chaponost par exemple.

@MairieChaponost

@MairieChaponost

Enfin, je prends un vrai plaisir à voir les communes que j’accompagne avancer et s’investir dans la transition énergétique. D’autant plus que je peux constater l’évolution, car j’en conseille certaines depuis mon arrivée au SIGERLy !

 

Quelle vision as-tu de ton métier ?

Pour moi, le plus important est d’apporter un conseil pertinent aux communes que j’accompagne, dans l’optique de :

  • générer des économies d’énergie,
  • constituer un parc propre et performant,
  • sans négliger les aspects financiers.

Expliquer et encourager la prise de décision face aux enjeux de la transition écologique est au cœur de mon métier.

Une mission qui se traduit aussi dans mon implication pour « La nuit est belle », un événement dont l’objectif est de sensibiliser à la pollution lumineuse et pour lequel je suis  responsable technique au SIGERLy.

J’accompagne les communes qui souhaitent participer pour leur expliquer comment nous allons gérer l’extinction de leur parc durant toute la nuit du 23 septembre. Au stade actuel des inscriptions des communes, ce sont plus de 45 000 points lumineux qui s’éteindront cette nuit-là !