Éclairer la nuit, c’est fini !

A partir du 1er juillet 2013, l’éclairage nocturne est interdit dans les bâtiments non résidentiels concernés par l’arrêté, soient :

  • les immeubles de bureau dont les lumières intérieures émettant vers l’extérieur devront être éteintes une heure après le départ du dernier salarié, et de toute façon à partir de 1h du matin.
  • Les vitrines de magasins qui devront s’éteindre au plus tard à 1h du matin et ne pourront être rallumées qu’à partir de 7h du matin ou bien une heure avant le début de l’activité si celle-ci s’exerce plus tôt.
  • Les façades des bâtiments publics ne pourront être éclairées qu’à partir du coucher du soleil et jusqu’à 1h du matin.

Des dérogations sont possibles – sous l’autorité des préfets – dans les cas suivants : les veilles de jours fériés, durant les illuminations de Noël, lors « d’événements exceptionnels à caractère local définis par arrêté préfectoral » et dans les zones touristiques d’affluence exceptionnelle ou d’animation culturelle permanente.
Sont exclus du champ de l’arrêté les éclairages intérieurs de logements, les éclairages destinés à assurer la sécurité des bâtiments, les éclairages publics de voirie.

Cette mesure, selon le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, sera efficace puisqu’elle devrait représenter une économie d’environ 200 millions d’euros et éviter le rejet de 250 000 tonnes de CO2 chaque année. Sur une année, l’électricité économisée sera équivalente à la consommation de 750 000 ménages (hors chauffage et eau chaude), soit 2 TWh par an.

Les maires seront doublement concernés par cet arrêté. D’abord parce que les mairies et autres bâtiments communaux devront s’y conformer ; ensuite parce que les maires seront chargés de l’application de l’arrêté dans la commune. En effet, ce seront les maires ou les préfets qui devront mettre en demeure les contrevenants et appliquer, le cas échéant, « une suspension du fonctionnement des sources lumineuses » assortie d’une amende d’au plus 750€.

Pour connaître la position du syndicat de l’éclairage, consulter leur dossier de presse.