Limonest expérimente l’aérophotométrie sur son réseau d’éclairage public

Les enjeux de l’éclairage public sont importants pour les communes. En effet, c’est l’un des postes les plus consommateurs d’énergie (environ 40 à 50% de la consommation totale en électricité d’une ville), qui, par ailleurs, a des effets directs ou induits sur la sécurité des biens et des personnes ainsi que sur la biodiversité (pollution lumineuse, destruction des insectes…).

Depuis 3 ans, la société Altilum développe une nouvelle approche complémentaire aux audits réalisés au sol, grâce à l’acquisition de données par voie aérienne. Cette nouvelle technique d’approche s’appelle l’aérophotométrie.

A partir d’une opération de survol aérien, elle permet de visualiser l’état de l’éclairage d’une commune afin d’identifier qualitativement  des zones de sur et/ou sous éclairement potentiel, et donc de cibler les zones prioritaires de travaux.

Précisons néanmoins qu’une zone peut paraitre sur-éclairée vue du ciel mais correspondre à un niveau d’éclairement conforme à une classification de voie précise.

Ainsi, avec toutes ces cartes en main, les collectivités pourront prioriser les interventions, les inscrire dans un schéma directeur d’aménagement lumière « efficient » et générer ainsi des économies en consommation d’électricité.

 

 

Pour poursuivre ses recherches et optimiser cette solution avant de la généraliser, Altilum en partenariat avec EDF a sollicité le SIGERLy pour un cas d’études.

L’objectif, tester et valider en 2 temps son procédé A-LENA® (outil de traitement des images et SIG) sur une commune. Tout d’abord, réaliser une analyse photométrique avec traitement automatisé des données sur un territoire défini conjointement avant travaux et ensuite faire un focus plus spécifique après travaux sur la zone concernée.

Le SIGERLy a choisi Limonest parmi ses 34 communes membres à la compétence éclairage public pour être territoire d’expérimentation. Dernière adhérente arrivée (en 2012), elle est la commune qui a le plus gros potentiel de renouvellement des luminaires de son parc.

Le premier survol a eu lieu fin mars 2014. Depuis, des travaux de réfection de l’éclairage public sont en cours dans le cadre de leur PPI (plan pluriannuel d’investissement) et un second survol d’évaluation est prévu un an plus tard, en mars 2015, pour être dans les mêmes conditions.

Au-delà de la promesse initiale d’améliorer la qualité de l’éclairage public des collectivités, cet outil peut également servir à d’autres études d’intérêt public. Par exemple en cours d’évaluation : les corrélations entre criminalité et éclairement à Rio de Janeiro, les incivilités à Lausanne et l’accidentologie motorisée en France.