#11 – Meyzieu

 

Cette commune de 35 500 habitants a rejoint le SIGERLy en 2017 et adhère à toutes les compétences qui lui sont ouvertes. Échange avec Bernard Dumas, conseiller municipal de Meyzieu et délégué du SIGERLy, accompagné de Valentin Roux, chargé de mission développement durable de la commune.

 

Comment la Ville s’adapte-t-elle au contexte énergétique actuel ?

Tout d’abord, nous avons la chance d’appartenir au groupement d’achat d’électricité et de gaz du SIGERLy, ce qui a fortement diminué notre exposition aux hausses du coût de l’énergie que l’on connait aujourd’hui. Cela n’empêche toutefois pas l’équipe municipale de déployer une démarche de sobriété sur plusieurs aspects : diminution de la température dans les bâtiments administratifs, réduction des illuminations de Noël, instauration du forfait mobilité durable pour nos agents et surtout, extinction de l’éclairage public depuis début mars 2023.

 

[!] A noter : depuis la parution de cet article en mars 2023, la commune a cessé son expérimentation liée à l’extinction de l’éclairage public.

Pourquoi vous lancer dans l’extinction ?

Le coût de l’énergie a accéléré notre prise de décision en la matière, même si elle est également motivée par une volonté de limiter la pollution lumineuse et nos émissions de gaz à effet de serre. Nous débutons par une expérimentation, où tous nos points lumineux sont éteints de minuit à 5h (sauf dans certaines rues dotées de systèmes de vidéo-protection nécessitant de la lumière pour fonctionner).

L’idée est de recueillir les retours des Majolans et de rallumer certaines rues si le besoin est identifié. Ce ne sera pas entièrement nouveau pour les habitants car Meyzieu a déjà participé deux fois à La Nuit est belle !

L’extinction totale de l’éclairage public a nécessité l’installation de 140 nouvelles horloges astronomiques par le SIGERLy.

Le parc d’éclairage public de Meyzieu est le plus dense du territoire du SIGERLy : 4 898 points lumineux !

 

Vous avez adhéré l’année dernière au CEP (Conseil en énergie partagé). Qu’est-ce qui a motivé votre décision ?

L’objectif était de se doter d’une sécurité pour l’avenir, en se donnant accès aux compétences du SIGERLy dans ce domaine. Nous avons d’ores et déjà confié le suivi d’exploitation de nos bâtiments publics au Syndicat et l’avons également sollicité pour renouveler le système de chauffage de deux de nos bâtiments publics, qui fonctionne actuellement au fioul.

 

Quels projets avez-vous au niveau de votre patrimoine bâti ?

Dernièrement, nous avons été très mobilisés par la construction de bâtiments neufs, comme le groupe scolaire Marie Curie qui ouvrira à la rentrée. Ce dernier sera particulièrement performant : matériaux biosourcés, géothermie sur nappe, voirie d’accès réservée aux modes doux dont l’éclairage est d’ailleurs géré par le SIGERLy…

Au niveau des bâtiments existants, nous avons déjà réalisé des rénovations, comme celle de l’Espace culturel Jean Poperen en 2021, qui permet la réduction de 70 % des consommations d’énergies primaires du bâtiment. Nous sommes passés par un Contrat de Performance Énergétique pour ce projet.

Espace Jean Poperen pendant les travaux.

Espace Jean Poperen après travaux.

 

En parallèle, nous avons lancé de nombreux diagnostics de performance énergétique, qui nous permettront d’identifier et de prioriser les projets de réhabilitation à mener. Nous savons d’ores et déjà qu’il y a un travail à réaliser sur nos écoles, notamment René Cassin, qui sont globalement énergivores.

 

Où en êtes-vous côté énergies renouvelables ?

Plusieurs bâtiments majolans sont équipés de panneaux solaires, représentant une surface totale de 3 277 m2. Certains sont mis à disposition auprès d’un exploitant, d’autres sont directement administrés par la Ville (l’espace Jean Poperen et l’Octogone, notre salle multi-sports). Dans l’ensemble, notre volonté est de développer la production d’énergie solaire sur nos bâtiments publics.

Par ailleurs, le gaz consommé dans deux de nos bâtiments emblématiques est passé en 100 % biométhane en 2020 (l’Hôtel de Ville et la médiathèque), par l’intermédiaire du marché proposé par le SIGERLy.

 

Pour terminer, un mot pour qualifier vos cinq ans révolus au SIGERLy ?

Nous le disions au dernier conseil municipal lorsque nous évoquions le coût de l’énergie « On est bien au SIGERLy » ! A titre personnel, en tant qu’élu, j’apprécie le dynamisme du Syndicat qui nous propose des visites, de l’information. C’est très enrichissant.

 

Le centre aquatique Les Vagues a été rattaché au groupement d’achat d’électricité du SIGERLy en 2022, beaucoup plus avantageux que le renouvellement de contrat proposé par le fournisseur d’énergie en place.

 

Partager sur Facebook